Hypertrophie bénigne de la prostate & complications | Infoprostate

Hypertrophie bénigne de la prostate & Complications

L’absence ou le retard de prise en charge de l’HBP peut engendrer des complications 3. Elles sont rares et liées à une obstruction importante des voies urinaires, entrainant une stagnation anormale de l’urine dans la vessie.
On parle de complications aiguës ou chroniques selon leur durée et fréquence.
Les complications aiguës surviennent soudainement 1:

  • Une rétention aiguë d’urine : un volume trop important retenu dans la vessie entraîne l’apparition brutale de douleur et une envie urgente d’uriner. Cette complication représente une urgence médicale. Le traitement est le drainage vésical des urines par la mise en place d'une sonde vésicale ou d'un cathéter sus-pubien.
  • Une infection : l’HBP offre un terrain propice aux infections urogénitales par la présence de résidus après la miction.
  • L’hématurie ou la présence de sang dans les urines souvent due à la rupture de petits vaisseaux dans la prostate. Attention, la présence de sang dans les urines peut être évocatrice d’autres pathologies, il est important d’en parler avec votre médecin.
  • L’insuffisance rénale aiguë obstructive.

Les complications chroniques apparaissent progressivement, il s’agit de 1,2,3:

  • Une rétention vésicale chronique, le plus souvent indolore et sans caractère d’urgence mais étant responsable de possibles incontinences.
  • La lithiase vésicale de stase : l’accumulation et la stagnation des urines dans la vessie peuvent provoquer l’apparition de calculs vésicaux entraînant des infections ou une hématurie (présence de sang dans les urines) à répétition.
  • Insuffisance rénale chronique : les difficultés de vidange de la vessie et les infections à répétition peuvent abîmer les reins, pouvant évoluer au long terme en une insuffisance rénale.

1. AFU /Chapitre 10 - Hypertrophie bénigne de la prostate : http://www.urofrance.org/congres-et-formations/formation-initiale/referentiel-du-college/hypertrophie-benigne-de-la-prostate.html

2. AFU : Bilan initial, suivi et traitement des troubles mictionnels en rapport avec hyperplasie bénigne de prostate : recommandations du CTMH de l’AFU ANAES : Prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’hypertrophie bénigne de la prostate Argumentaire Mars 2003

3. Recommandations pour la pratique clinique. Prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’hypertrophie bénigne de la prostate, ANAES, mars 2003.

Quand consulter ?

Le diagnostic de l'hypertrophie bénigne de la prostate repose d'abord sur ce que l'on appelle les signes cliniques, c'est-à-dire les signes et symptômes suivants...

Testez-vous

Envies d’uriner pressantes, fréquentes, de jour comme de nuit… et si c’était un petit problème de prostate ?